Aller au contenu principal

Accès à la justice

ACCÈS À LA JUSTICE

Aujourd'hui près de 1,5 million d'enfants seraient privés de liberté dans le monde

 

Pourtant la privation de liberté des enfants mineurs est strictement encadrée par la Convention internationale des droits de l’enfant qui la limite à un recours de dernier ressort tout en étant « d’une durée aussi brève que possible ».  Le problème étant que l’emprisonnement est la solution de facilité pour beaucoup d’État, ne recherchant pas nécessairement d’autres moyens alternatifs pour diverses raisons. En effet, si la prison n’est que le dernier recours, les États doivent avoir prévus dans leur lois nationales une variété de mesures alternatives applicables à la situation particulière des enfants. 

COMMENT AGIT L’IDE ?

LES MESURES ALTERNATIVES À
LA PRIVATION DE LIBERTÉS

Soutenir les États dans la structuration d’un cadre légal adapté, comprenant un système d’alternatives aux poursuites pénales et à l’incarcération pour les mineurs de moins de 18 ans. 

LES JUSTICES : PROMOUVOIR DES
MÉCANISMES DE JUSTICE HYBRIDES

Encourager et privilégier le développement de pratiques non répressives telles que la justice restauratrice et la médiation pour mineurs, afin de les introduire dans la pratique du milieu judiciaire.

LA QUESTION DE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE

Vers l’harmonisation des systèmes législatifs concernant l’âge de responsabilité pénale et le double statut “victime-auteur“ des enfants. 

CAS Justice juvénile

Intitulé de la formation : CAS justice juvénile

Partenaire(s) : Centre interfacultaire en droits de l’enfant de l’UNIGE, Terre des hommes - Aide à l’enfance

Public visé : Professionnel engagé auprès d’enfants et d’adolescents en conflit ou en contact avec la loi : policier, procureur, juge, avocat, personnel des institutions publiques et pénitentiaires, éducateur, psychologue, médecin (pédiatre, pédopsychiatre, etc.), criminologue, professionnel de la migration, acteur d’organisation non gouvernementale et d’organisation internationale, chercheur.

Objectifs :

  • Former des professionnels à la compréhension et à la mise en place d’une justice juvénile fondée sur une approche restauratrice et réparatrice ;
  • Connaître les différents outils et méthodes d’intervention centrée sur les droits de l’enfant ;
  • Développer des projets et interventions auprès d’enfants en conflit ou en contact avec la loi tout en respectant les droits de l’enfant.

 

 

Langue : espagnol

 

Format : formation à distance

 

Diplôme obtenu : Certificat de formation continue (CAS) en Justice juvénile

 

 

Remarques : Plus d’informations sur https://www.unige.ch/cide/fr/formations/formations-distance/cas-en-justice-juvenile/