30 ans Convention des droits de l'enfant - 50 ans Office éducatif itinérant



Editorial, par Daniel Stoecklin, 9 décembre 2015

enfant rueLa conférence annuelle du Consortium for Street Children (CSC, Consortium pour les enfants des rues) qui s'est tenue à Londres le 5 novembre a accueilli quelque 60 personnes et repéré les importantes conséquences de nos « définitions » des enfants ayant la rue pour lieu de vie principal.

L'introduction de Lorraine Van Blerk a mis en évidence des identités complexes et multiples et l'absence d'identification formelle pour les enfants en situations de rue, ce qui les empêche d'accéder à des droits et opportunités. Dans sa conférence plénière, Udi Butler a suggéré de considérer les identités comme des « batailles pour le devenir racontées ». Il a abordé d'un œil critique le concept d'identité en le définissant comme le « large domaine de catégories qui nous forme à travers lequel nous en arrivons à nous comprendre et former nos interactions ». De là, Udi Butler a déclaré que plus il pensait à l'identité, plus il voyait de problèmes : « centraliser et geler les personnes dans des catégories et le risque de ne pas comprendre le contexte plus large dans lequel les identités émergent ».

Avec Stewart Hall, Udi Butler recommande de « s'éloigner de cette définition réifiée de l'identité ». Une approche plus fluide voit les identités comme constituées à l'intérieur des représentations et l'identification comme un processus en devenir. L'image de quelqu'un qui surfe sur des ressources qui sont à disposition est plus pertinente que des identités figées contenant les dangers du communautarisme. Dans la rue, la contrainte (et lutte) la plus importante est l'identification avec la catégorie « enfant des rues ». Udi Butler voit ces enfants comme négociant, ou surfant sur ce processus désordonné du devenir. Ils le font en improvisant et acquérant une série de compétences par lesquelles ils jouent constamment avec le fait de revendiquer et de défier les identités. De la sorte, nous devrions penser les identités comme des « histoires », pas comme des catégories.

Le panel « Comment sont construites les identités des enfants de la rue ? » a également permis de défaire les hypothèses communes à propos des identités. La participation d'un ancien « enfant des rues » d'Indonésie a mis en évidence l'importance d'avoir une identité formelle correspondant à l'article 7 de la Convention des droits de l'enfant (le droit à un nom et à une nationalité). La solidarité au sein du groupe a été confirmée comme une question centrale pour des enfants qui sont stigmatisés en raison de leurs situations défavorisées. Les identités fluides de ces enfants sont liées à la logique des interactions et de la circulation entre plusieurs sous-cultures.

Le panel a conclu que l'« identification » est une notion dynamique utile lorsqu'on traite de processus sociaux ou de marginalisation et d'intégration. Des concepts tels que « enfants en situations de rue » ou « enfants connectés à la rue » incluent cette logique dynamique de l'identification alors qu'« enfant des rues » verrouille les personnes dans une catégorie statique, qui entraîne stigmatisation et communautarisme.

Photo : Nicolas Alejandro, Flickr/CC

Vos commentaires sont les bienvenus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.