30 ans Convention des droits de l'enfant - 50 ans Office éducatif itinérant



Editorial, par Andressa Curry-Messer, 25 novembre 2015

unechanson2015En ces temps de nouvelles obscures et violentes venues de tous bords, heureusement qu’il y a les enfants pour faire rayonner la solidarité, la bonté et l’espoir. Cette fois-ci, ce sont les enfants de Suisse qui nous enchantent et chantent la lumière de la fraternité. Ce sont à la fois la prise de conscience des droits de l’enfant et un élan du cœur qui permettent ici la mise en œuvre du droit à l’éducation.

Il s’agit du projet Une chanson pour l’éducation mis en place par l’ONG helvétique Enfants du Monde dans les établissements scolaires de Suisse romande. Les enfants de 8 à 14 ans sont encadrés par des spécialistes en éducation et parrainés par des artistes suisses. Ils ont l’occasion de prendre connaissance des droits de l’enfant et de la réalité des millions d’enfants dans le monde qui n’ont pas accès au droit à l’éducation.

Ils sont 800 enfants de 12 établissements scolaires, dont 8 en Suisse et 4 au Burkina Faso à se mobiliser pour cette cause et à discuter dans des ateliers pédagogiques de l’importance du droit et de l’accès à l’éducation. Une manière ludique de réunir information, loisir, participation, expression, autant de droits également prévus dans la Convention relative aux droits de l’enfant.

Cette sensibilisation leur donne une motivation d’agir pour les enfants dans des pays défavorisés, particulièrement le Burkina Faso, en collaboration avec les enfants du lieu. Ils choisissent leurs mots et avec l’aide d’un artiste musicien, une chanson naît. Ils la chantent eux-mêmes lors de l’enregistrement en studio, avant de vendre le CD au profit des écoles au Burkina Faso.

Ils participent aussi à la réalisation d’un clip où ils chantent et dansent, et à des concerts publics. Les enfants sont particulièrement fiers de leur engagement dans ce projet, de découvrir leurs droits et qu’ensemble, ils soient capables de construire un monde meilleur et plus égalitaire.

C’est grâce à une jolie petite fille de 10 ans, avec des yeux plein d’espoir et de lumière, que j’ai pris connaissance de ce projet auquel elle participe. Sa joie et son enthousiasme m’ont invitée à écrire cet éditorial. Merci Nora !

Vos commentaires sont les bienvenus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.