Editorial, par Sophie Tercier Rahman et Lorraine Morier, 2 septembre 2015

baby sitter tvAujourd’hui, la télévision a bel et bien sa place dans tous les foyers. Pour certaines personnes, chips et télé font partie intégrante du quotidien, avachis dans le canapé des heures durant. L’éducation des enfants demande un réel investissement, et parfois trop pour les parents. Pourquoi alors ne pas laisser Dylan devant un programme quelques heures, pendant que Papa et Maman vaquent à leurs occupations? Près de la moitié des parents disent utiliser la télévision comme « baby-sitter ». Si cette habitude peut sembler anodine, il apparaît que ses conséquences peuvent être désastreuses. On dénonce souvent les situations où les parents laissent leur enfant regarder des programmes inappropriés, mais qu'en est-il du fait même de laisser l'enfant « à la garde du média  » ?

Selon Desmurget (2011)1, chercheur en neurosciences et auteur de « TV lobotomie », la télévision est un fléau. Dans son ouvrage, il cite notamment une étude qui montre que plus les enfants regardent la télévision, plus leur imaginaire est limité. Ils tendront, par exemple, à dessiner un bonhomme de manière simpliste : pas de cheveux, pas d’oreilles, jambes représentées par un trait, etc. Les effets négatifs touchent aussi d’autres domaines, comme la santé physique des enfants : rester assis et regarder la télévision au-delà de deux heures implique des conséquences extrêmement néfastes telles que des risques de diabète, des risques de surpoids et d’obésité. L'exposition chez les enfants en bas âge, le choix d'un programme non adapté ou non éducatif et le manque d'interactions pendant le visionnement entraînent des troubles cognitifs tels qu’un affaiblissement du lexique, un retard du développement du langage, des problèmes d’attention et des comportements violents. Sur le plan social, les tout-petits risquent de développer des problèmes d'attachement et des problèmes relationnels comme le rejet.

Toutes ces conséquences remplissent les conditions pour évoquer la notion de négligence, le fait de ne pas accorder à l’enfant (ou pas suffisamment) les soins élémentaires, la surveillance et la stimulation nécessaire, ou plus précisément : le nourrir, s’en occuper, veiller à sa santé, le stimuler et l’éduquer, et le protéger des dangers.

Certaines études montrent un lien entre négligence et exposition chronique à la télévision. Pourtant, l’intérêt pour ce sujet reste faible et peu de données existent. Toutefois, il s’agit de l’avenir d’une génération, de la santé physique et sociale de ces enfants et de leurs capacités cognitives. Un retour aux bons vieux jeux de société en famille serait-il la solution ? Nous optons pour une prise de conscience générale, indispensable afin de comprendre le danger : penser que la télévision pourrait remplacer ce que les adultes ne peuvent (ou ne veulent) pas offrir à leur enfant.

1 Desmurget, M. (2011). TV lobotomie – La vérité scientifique sur les effets de la télévision. Paris : Editions Max Milo.

Cet éditorial a été rédigé sur la base d'un travail réalisé dans le cadre du Master interdisciplinaire en droits de l'enfant (MIDE). Consulter pdfl'article complet et les références bibliographiques.

NB : L'éditorial ne reflète pas nécessairement les vues de la direction et de l'équipe IDE.

Image illustrative : @sage_solar, Entranced on the sofa, 2012, Flickr / Creative commons

Vos commentaires sont les bienvenus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.