30 ans Convention des droits de l'enfant - 50 ans Office éducatif itinérant



Editorial, par Dr Ayuko Sedooka,  26 août 2015

nucleaireDimanche 9 août à 6 heures et demie du matin, les Messagers de la Paix d’Hiroshima et Nagasaki se sont réunis comme chaque année à Nagasaki, au Mémorial central des bombes atomiques larguées sur ces deux villes. A cette occasion, ils ont fait une déclaration de paix de la jeunesse afin d’appeler à éliminer les armes nucléaires, en offrant des prières à la mémoire des victimes.

Ce mois d’août, le Japon commémore le 70e anniversaire des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. La moyenne d’âge des survivants est désormais de 80 ans. Mais lorsqu’ils ont subi ces horribles explosions, ces hommes et ces femmes étaient encore des enfants dont la plupart n’avaient aucun droit d’être entendu et se sont emmurés dans le silence. En faisant se succéder les sentiments et les prières de ces victimes, 70 ans après, les jeunes générations japonaises prennent la parole afin de transmettre au monde des leçons historiques sur les conséquences humanitaires dévastatrices des armes nucléaires pour les prochaines générations.

Depuis 1998, les activités des Messagers de la Paix d’Hiroshima et Nagasaki montrent une volonté de se rappeler la souffrance des victimes en visant que l’histoire ne se reproduise pas. Depuis 2001, chaque année, ces jeunes portent un message de désarmement nucléaire et de paix en livrant des signatures recueillies (1337598 au total) au siège européen des Nations unies à Genève. Cette année, 22 adolescents ont été élus dans l’ensemble du Japon en tant que représentants des Messagers de la Paix. Ils ont suivi une série de programmes d’éducation en faveur de la paix et du désarmement nucléaire dans les villes d’Hiroshima et Nagasaki. Ils se sont ensuite rendus à la Conférence du désarmement le 18 août.

Ces jeunes sont en effet de la dernière génération qui puisse entendre de première main les voix des survivants. Ils portent un fort sentiment de responsabilité de garder vivant et transmettre ce message de paix afin d’assurer que Nagasaki soit définitivement la dernière ville soumise à la bombe atomique. Ils affirment que « en tant que jeunes, nous sommes peu puissants mais pas impuissants. » Leur parole est précieuse pour le monde. Il est temps de faire respecter réellement le droit de l’enfant d’être entendu.

Illustration : Thierry Ehrmann, Japan Apocalypse, Demeure du Chaos, 2011, Flickr/creative commons

NB : L'éditorial ne reflète pas nécessairement les vues de la direction et de l'équipe IDE.

Vos commentaires sont les bienvenus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.