30 ans Convention des droits de l'enfant - 50 ans Office éducatif itinérant



Message, M. Ban Ki-Moon, Secrétraire général de l'ONU, 30 juillet 2014

La traite d'êtres humains est une entreprise mondiale sans pitié qui prive les victimes de leurs droits et de leur dignité et génère des milliards de dollars au profit de réseaux de criminalité organisée. La plupart des victimes sont des femmes et des enfants vulnérables qui sont condamnés à une vie de souffrances. Ils subissent une exploitation sexuelle et sont contraints à travailler dans des conditions proches de l'esclavage.

Cette première Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d'êtres humains est un appel à l'action pour faire cesser ce crime et donner de l'espoir aux victimes, qui vivent souvent autour de nous alors que nous ignorons tout de leur sort. Pour arrêter les trafiquants, il nous faut couper leurs voies de financement et saisir leurs avoirs. J'exhorte tous les pays à ratifier et à appliquer intégralement la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et son Protocole additionnel relatif à la traite d'êtres humains.

La répression, la coopération transfrontières et les échanges d'informations ont beau être efficaces dans la lutte contre la traite d'êtres humains, il faut s'attaquer au mal à la racine. La pauvreté extrême, l'inégalité solidement implantée et l'absence d'éducation et de perspectives dans la vie créent des vulnérabilités que les trafiquants ne manquent pas d'exploiter. Au bout du compte, la meilleure protection est d'accélérer le développement pour tous.

Les victimes de la traite qui ont la chance d'être libérées ont besoin d'assistance pour recouvrer leurs droits et se réinsérer dans la société. Le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies en faveur des victimes de la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, mène une action en leur nom mais a besoin de financements supplémentaires. Je demande à chacun d'appuyer la campagne de l'ONU intitulée « Ouvrez votre cœur aux victimes de la traite ».

Ouvrons les yeux sur ce crime et nos cœurs aux victimes. Le moment est venu de dire non à la traite d'êtres humains.

NB : L'éditorial ne reflète par nécessairement les vues de la direction et de l'équipe IDE.

Vos commentaires sont les bienvenus : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.