Délai d'inscription mardi 31 juillet 2018 

  

Brochure du CAS Enfants Victimes, Enfants Témoins: la Parole de l’Enfant en Justice - septembre 2018 > mars 2020

Editorial, par Alba Reina Duran, 12 juillet 2018

2018 07 12 ED priereTout humanisme prône des valeurs de paix, d’amour et de tolérance. Ce que les hommes en font toutefois diverge souvent des principes fondamentaux des grandes religions et des mouvements créateurs spirituels de l’histoire de l’humanité.

Le 2 juillet 2018 au Club suisse de la presse à Genève a eu lieu un séminaire organisé par Arigatou International en collaboration avec Catholic Relief Services, Islamic Relief Worldwide, Shanti Ashram India et International Network of Engaged Buddhists, pour ne citer que quelques partenaires.

Le but était de faire suite à la Déclaration de Panama pour la fin des violences perpétrées à l’égard des enfants adoptée lors du 5e Forum du Réseau international des religions pour les enfants (GNRC) en mai 2017, dans un effort de coopération interreligieuse pour l’intérêt supérieur et le bien-être de l’enfant.

Lorsque l’on évoque la construction de la personnalité de l’être humain, il y aurait deux fenêtres propices: les deux premières années de la vie de l’enfant et l’adolescence. Or, la maturation biologique et spirituelle sont des choses bien distinctes. En effet, si tout le monde a une idée de ce qu’un enfant deviendra physiquement une fois plus âgé, l’esprit est immatériel et, par conséquent, la maturation spirituelle se définit plus subjectivement. Celle-ci nécessite un effort collectif, en accord avec les valeurs et les normes sociales auxquelles l’individu se rattache, dans le but de réduire les risques de violences engendrés par un développement spirituel carencé, notamment à l’adolescence ou à la parentalité.

L’éducation morale est principalement endossée par les familles, et les leaders des communautés religieuses ont un rôle très important à jouer car ils se situent entre le peuple et les dirigeants dans une posture ménageant une autorité relative mais bien existante. Par conséquent, ces derniers peuvent créer du lien avec et entre les familles afin d’atténuer les violences structurelles subies (telle que la pauvreté), qui se répercutent dans les sphères familiales sous forme de violences directes.

En proposant des espaces de dialogue pour les enfants et les parents autour des textes religieux et des rencontres entre les leaders des différentes communautés religieuses, on vise à favoriser la critique constructive et la tolérance au sein des sociétés hétérogènes, ainsi qu'à construire un langage commun sur la base des capabilités parentales existantes et sur l’agentivité des enfants. L’instrumentalisation des religions par des groupuscules peut, par ce biais, également être contrée en renforçant le lien des familles avec leurs communautés.

L’enseignement institutionnalisé des valeurs communes se présente ainsi dans cette perspective comme une alternative aux châtiments corporels, outil éducatif encore répandu dans les foyers mais aussi dans les cadres scolaires (19 Etats des USA en 2016). Les ajustements sociaux doivent être soutenus par le monde académique au moyen de recherches, d'enquêtes dans les foyers, décelant les pratiques effectives de parentalité, en particulier les pratiques efficaces accordant une importance au développement spirituel de l'enfant par-delà son développement physique.

Photo de Wilbur E. Garrett:    manhhai, flickr/CC

NB: L'éditorial ne reflète pas nécessairement les vues de la direction et de l'équipe IDE.

Vos commentaires sont les bienvenus: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.