Inscriptions ouvertes !

Rencontres sur la participation de l'enfant - 13 et 14 novembre 2018 - Genève

Editorial, par Andressa Curry-Messer, 7 juin 2018

2018 06 07 ED extremely togetherExtremely Together ou «Extrêmement Ensemble» est un projet lancé en 2016 par la Fondation Kofi Annan avec le soutien de la Commission européenne, la Fondation Amersi et One Young World (Sommet annuel pour les jeunes leaders de demain).

Ce projet a réuni dix jeunes activistes du monde entier engagés auprès des populations locales dans la lutte contre l’extrémisme violent. Travaillant aux Philippines, au Nigéria, en Libye, au Royaume-Uni, en Ouganda, en Allemagne, en Norvège, en Somalie, au Pakistan et en Syrie, ils se sont réunis pour échanger sur leurs expériences de terrain et partager leurs connaissances et leurs compétences sur ce thème. De leur rencontre est né un guide intitulé: Combattre l’extrémisme violent. Un guide pour les jeunes, fait par les jeunes.

On constate que beaucoup de jeunes sont susceptibles de rejoindre des groupes violents, mais que l’âge n’est pas en soi un indicateur de vulnérabilité face au recrutement. De même, le fait d’être un homme, un musulman, un petit délinquant ou une personne souffrant de problèmes de santé mentale ne semble pas être un facteur probant d’enrôlement dans un tel groupe.

Extremely Together considère que le phénomène de la transformation d’une personne en extrémiste violent englobe des facteurs structurels et conjoncturels. Le premier concerne les frustrations personnelles, religieuses, culturelles, économiques, politiques et ethniques. Le deuxième englobe les motivations personnelles telles que la recherche de l’argent, du pouvoir, de l’aventure ou du changement, plus une affinité pour une idéologie politique, culturelle ou religieuse spécifique.

Il est souligné dans ce guide que les frustrations personnelles à elles seules ne suffisent pas à radicaliser un individu. Ceci devient possible lorsque les organismes extrémistes intègrent ces frustrations dans des discours binaires qui relient les émotions personnelles et les expériences vécues à un contexte politique plus large. Ceux qui rejoignent des groupes extrémistes peuvent avoir des raisons très différentes de le faire, mais sont unis par un but supérieur.

Le problème de la radicalisation violente sous-entend donc une convergence entre les frustrations ressenties, une idéologie puissante, des discours forts et des recruteurs captivants qui exploitent les frustrations et les motivations personnelles en se présentant comme des sauveurs face à tous les problèmes. Organisés de manière sophistiquée et établis dans des réseaux radicalisés transnationaux et des groupes militants locaux, les recruteurs extrémistes attirent de nouvelles recrues avec leur propagande séduisante et adaptée à la vulnérabilité des personnes, notamment des jeunes.

Pour Extremely Together, les mesures de lutte contre la radicalisation doivent créer des conditions favorables à la paix et à la stabilité et répondre aux frustrations des jeunes qui sont en voie de radicalisation. Cela s’appuie sur quatre principes: défendre un socle de valeurs, une approche globale des politiques, dénoncer les actes violents et les discours des extrémistes, impliquer un large éventail d’individus et de professions dans la lutte contre l’extrémisme violent.

Ces dix jeunes activistes qui agissent sur le terrain sont convaincus que les jeunes ont eux-mêmes un rôle fondamental à jouer pour faire face à la radicalisation violente d’autres jeunes. Selon eux, c’est en renforçant la résilience sociale, en rassemblant les sociétés, en créant de la prospérité et des emplois, en réglant les frustrations, les conflits personnels et communautaires que l’on peut démontrer que les jeunes représentent une véritable richesse et non pas une menace.

Image: compte facebook Extremely Together

Vos commentaires sont les bienvenus: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.