Nouvelle parution !

 

Histoires d'enfants en Valais de 1815 à 2015

Editorial, par Garance Rothenbühler et Linda Asamoah, étudiantes du MIDE

teleDans les années 90, la télé-réalité a vu le jour parmi les programmes télévisés et a progressivement gagné du terrain au fil des années. Les producteurs ont rapidement compris que ce type de programme pouvait attirer le jeune public âgé entre 10 et 16 ans. Ils ont alors élaboré la recette parfaite pour captiver leur attention tout en développant ce nouveau concept à succès. Dans certains pays, les télé-réalités sont même diffusées dans les créneaux horaires qui suivent la fin de l'école afin que ce public y ait facilement accès.

Le format «télé-réalité» est présent notamment dans des concours culinaires, de chant, de danse ou encore de divers talents. Cependant, la télé-réalité est devenue un réel phénomène lorsque des émissions telles que Big Brother, Loft Story ou L’île de la tentation sont apparues sur nos écrans.
Ces programmes se basent sur le principe d’enfermement ou d’isolement. Des groupes de personnes lambda vivent dans une maison ou dans un lieu spécifique (une île par exemple) durant une période déterminée. Ils sont filmés 24h/24 et sont suivis quotidiennement par les téléspectateurs. Leur temps est parfois limité car certains programmes intègrent la règle de l’élimination d’un candidat qui a été votée par le public ou les autres participants de la télé-réalité.

Afin de séduire un public attiré par le sensationnel, le trash et le côté voyeuriste, les producteurs mettent en avant des scènes violentes de bagarres, insultes et humiliations entre les candidats pouvant être parfois choquantes pour des jeunes adolescents. L’agression sociale (social aggression) est aussi un type de violence faisant partie intégrante des télé-réalités. Ce genre d'agression a lieu lorsque quelqu'un répand une rumeur sur un candidat, détruit des relations amicales et sentimentales ou lorsqu'un groupe désigne un bouc-émissaire (Ward et Carlson, 2013). Au premier abord, elle est moins perceptible que la violence physique mais elle est tout autant dévastatrice. De plus, ce genre de scène représente un ingrédient phare qui intéresse et tient en haleine les jeunes. Le côté réel joue aussi un rôle important et permet aux jeunes de s’identifier aux candidats et leurs problématiques.

Par ailleurs, il ressort de nombreuses études que la télévision et son contenu peuvent avoir un certain impact sur le développement de comportements agressifs chez les jeunes. Une question peut alors se poser: est-ce que ce caractère dit «réel» de la télé-réalité peut fasciner à tel point que les jeunes reproduisent certains comportements violents? Si oui, est-ce que la solution serait d'interdire ces programmes télé pour les jeunes? Ou est-ce qu'il faudrait songer à la supprimer définitivement de nos écrans? Ces questions ne sont pas si simples et elles méritent réflexion. En effet, il est important d'être conscient du danger que peuvent représenter ces émissions de télé-réalité pour le jeune public sans pour autant être trop alarmiste. Un travail en amont de la part des parents et de l'école serait donc nécessaire afin que l'enfant adopte une bonne distance face à ces images.

Consulter pdfl’article original complet et les références bibliographiques

Photo: Iain Watson, flickr/creative commons

NB: L'éditorial ne reflète pas nécessairement les vues de la direction et de l'équipe IDE.

Vos commentaires sont les bienvenus: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.